Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

La Forteresse Royale de Chinon

Voici la Forteresse Royale de Chinon, une forteresse construite par les anciens comtes d'Anjou et par les rois d'Angleterre sur une falaise abrupte baignée par la Vienne. Trois châteaux sont regroupés sur ce site : le fort Saint-Georges, le fort du milieu et le fort du Coudray. Le roi Charles VII (1403-1461), ce "roi de Bourges", ne se plaît pas à Paris et le Val de Loire lui convient où il vit dans la crainte des attaques. C'est à Chinon que le roi accorde une nouvelle audience à Jeanne d'Arc au début du mois de mars 1429. Souvenons-nous que  selon l'historien Henri Guillemin : "Personne, de son temps, ne l'a nommée : Jeanne d'Arc ; nom pastiche, fabrication tardive."


Chinon, en Indre-et-Loire,
un timbre émis le 26 avril 1993,
YT n° 2817 (gravure : taille-douce).
Jacques Gauthier / La Poste.

 
Le dépliant de l'Office du Tourisme montré ci-dessous présente Chinon :
"Située au sud-ouest de la Touraine, aux confins de l'Anjou et du Poitou, la ville de Chinon est un site remarquable, étagée sur plusieurs niveaux entre la Vienne et le coteau calcaire sur lequel est implanté le château."
Une carte Premier Jour le 24 avril 1993, à Chinon.
 Un beau cachet Premier Jour de Chinon,  le 24 avril 1993.

 
 Deux dépliants : de la Forteresse Royale de Chinon et de l'Office du Tourisme du Pays de Chinon (2010).

 
Le dépliant de la Forteresse Royale de Chinon relate :
"En 1308, le site est le théâtre d'un événement important de l'histoire de l'ordre du Temple. Le grand maître Jacques de Molay et quelques hauts dignitaires de l'ordre y sont incarcérés avant d'être jugés et brûlés à Paris".
Le carnet ID timbre,
Forteresse Royale de Chinon : 
un site du Conseil Général d'Indre-et-Loire.
F. Delaire / Conseil Général Indre-et-Loire.

4 timbres autocollants dans le carnet.

Pour l'affranchissement
en France jusqu'à 20 grammes.


Et mieux vaut ne pas décevoir le Roi...
(Photo : JD) 

 
 ...en sa Forteresse de Chinon. (Photo : JD) 

 
Une belle flamme sur fragment pour les Fêtes Jeanne d'Arc, à Chinon, avec oblitération du 22 mai 1979, et une Sabine 1F vert de Gandon, de 1978.

 
Au sujet de la rencontre entre le roi Charles VII et la Pucelle, le livre-guide de la Forteresse Royale de Chinon, édité par le Conseil Général d'Indre-et-Loire précise page 21 :
Il y eut, en fait, deux rencontres à Chinon. La première se déroule le 25 février 1429, deux jours après l'arrivée de Jeanne. Elle est menée aux appartements du roi qui la reçoit en petit comité. Elle est logée dans le donjon du Coudray. Charles VII l'envoie ensuite à Poitiers pour que des théologiens puissent juger de sa bonne foi. À son retour, Jeanne est à nouveau reçue par le roi. Cette seconde audience dite du Signe, prend l'aspect officiel qu'on attribue souvent à la première entrevue.
Le 6 mars 1429 Jeanne d'Arc pour descendre de cheval mit le pied sur la margelle d'un puits banal abrité sous un auvent situé ici au grand Carroi.
(Photo : JD)

Chinon : son château, ses monuments, ses musées, ses vins.
Flamme sur fragment du 10 août 1965,
et coq de Decaris à 0F30.

 
 Jeanne d'Arc devant le roi Charles VII : une iconographie riche présentée au Musée de la Forteresse de Chinon.
(Photo : JD)

 
Extrait du Document Philatélique Chinon,
La Collection Historique du Timbre-Poste Français,
le 24 avril 1993.

 
Voir aussi le billet d'Oh Les Timbres consacré au 600ème anniversaire de la Pucelle d'Orléans en 2012.
 
Chinon, l'intérieur d'une tour. 
(Photo : JD)
 
 Statue équestre de Jeanne d'Arc,  à la Forteresse Royale de Chinon.
(Photo : JD)

Voir

  • Digg
  • Del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • RSS

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails

Ce site est indépendant. Il n'a d'autre but que de vous donner envie de découvrir ou de redécouvrir ce patrimoine français d'exception, tout en collectionnant les timbres. La bannière montre une salamandre, provenant d'un décor de cheminée au Château Royal de Blois ; les drapeaux sont ceux du Château Royal d'Amboise.